Essai Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Réalisé par Jean-Michel

Le Can-Am Spyder étend sa gamme avec des séries spéciales en attendant l'arrivée prochaine des modèles 2011 dans l'hexagone. En 2010, c'est un Spyder de grand tourisme qui a débarqué sur nos routes, un Spyder RT équipé d'une bagagerie conséquente, de nombreux équipements électroniques (radio/iPod, chauffage, régulateur de vitesse, etc.) et offrant un confort de premier ordre pour le pilote comme pour son passager. Si votre coeur penche plutôt en faveur d'une version sportive pour le choix d'un véhicule, Can-Am propose désormais ses séries spéciales dénommées S. Après un premier essai du RS avec sa transmission automatique (SE5, séquentielle électronique à 5 rapports), ce RS-S est aussi l'occasion de se pencher sur la transmission manuelle à 5 rapports + marche arrière. La sélection se fait comme sur une moto, avec un sélecteur au pied pour monter ou descendre un rapport sur cette boîte séquentielle. Le levier gauche au guidon permet d'actionner l'embrayage, il n'y a aucun levier à droite car comme dans une auto, le freinage est centralisé et au pied via la pédale de droite. Au bout du bras oscillant, l'unique roue motrice est équipée d'un pneu de 225/50R15 et entrainée par une courroie sans entretien. Pour animer ce RS-S, comme tous les autres Spyder, Can-Am a installé un moteur Rotax bicylindre en V de 990cm3, double ACT, 4 soupapes par cylindre, alimenté par injection et équipé d'un refroidissement liquide. La boîte de notre RS-S est donc une boîte manuelle à 5 rapports, le sixième qu'on trouve sur les motos est ici remplacé pour avoir une marche arrière qui n'est pas du luxe avec les 317kg du Spyder RS à sec.

Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Les dimensions généreuses du Spyder rassurent les plus réticents qui voudraient profiter des joies d'une moto de forte cylindrée. En dehors du train avant avec une largeur de voie de 1.30m, il faut reconnaître que les similitudes sont nombreuses : la boite séquentielle avec son sélecteur au pied, le guidon, la selle, le bras oscillant ou encore l'architecture du moteur (bicylindre en V) largement représentée sur les deux-roues, sont autant de points communs. La comparaison ne va toutefois pas beaucoup plus loin puisque ce Can-Am est bardé d'électronique pour assurer la sécurité des passagers. Le freinage (avec ABS) est assuré par un répartiteur avant/arrière qui s'utilise avec l'unique pédale de droite. Ultra simple d'utilisation, il se montre performant à la condition de ne pas hésiter à l'enfoncer fermement pour accentuer le transfert de masse sur l'avant. Ce n'est pas tout puisqu'on trouve un contrôle de stabilité, un anti-patinage ou encore un atténuateur de roulis. A faible allure ou en suivant le trafic sans excès, on peut donc dire que le Spyder s'occupe de tout, pour rouler plus vite, c'est par contre très différent.

Le bicylindre développe 106ch à 8500tr/min et 104.3Nm à 6250tr/min, des performances strictement identiques entre le RS et ce RS-S. Assez souple en bas, le moteur est nettement plus démonstratif lorsqu'on passe la barre des 6000tr/min. La sonorité est assez présente mais pas trop , les amateurs de son de twin seront sans doute ravis de pouvoir en profiter à chaque accélération. Avec un peu d'entrainement, on peut passer les rapports à la volée (c'est-à-dire sans l'embrayage), à la montée comme à la descente. Pour savoir où on en est dans les rapports, un indicateur affiche le rapport engagé au tableau de bord. On peut donc rapidement opter pour un rythme soutenu. 3 roues ou pas, comme à moto, il faudra nettement vous pencher pour prendre un virage rapidement sous peine de déclencher toute l'électronique qui a tôt fait de brider vos ardeurs. Le Spyder penchant naturellement vers l'extérieur (comme une voiture), il faudra nettement accentuer le mouvement vers l'intérieur par rapport à un deux-roues quelconque. Une habitude à prendre et qui finalement rend la balade plus sportive qu'on ne l'imaginait ! Le gros bémol vient lorsqu'on roule à deux. Le passager même en suivant les mouvements du pilote, accentue énormément le roulis du Spyder à tel point que la roue avant intérieure se déleste facilement et que l'électronique intervient pour nous stopper en plein virage, sans même parler des efforts considérables à fournir sur le guidon pour garder le cap en courbe... Même si pilote et passager font de gros efforts en virage, impossible de lutter contre la prise de roulis de l'engin. Ce n'est pas réellement dangereux parce que l'électronique intervient très rapidement, mais le plaisir de conduite disparaît totalement. Autre point surprenant que la météo ensoleillée des précédents essais ne nous avait pas permis de tester, le roulage sous la pluie. Elle n'était pas assez battante pour voir s'il y a un phénomène d'aquaplanage ou pas comme on peut le craindre avec les pneus typés automobile, en revanche, la chaussée rendue glissante fait très souvent perdre la motricité du train arrière en courbe. Rattrapée par l'intervention de l'électronique, la trajectoire est toutefois moins précise et les mouvements de l'ensemble grèvent le confort de conduite.

Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Malgré son style très sportif, le RS-S ne possède pas de connotation plus sportive qu'un RS standard sur un plan purement dynamique. Le châssis et la motorisation sont strictement identiques entre ces deux déclinaisons. On retrouve toutefois tout ce qui fait le charme de rouler en Spyder : le vent dans le nez, les odeurs de la campagne qui nous accompagnent, un moteur dynamique, les virages passés en se penchant ou encore les changements de rapports au pied (avec la boîte SM5) qui sont autant de choses qui rappellent les sensations d'une grosse cylindrée. Le Spyder y ajoute la sécurité avec les 3 roues, le coffre de 44L dans son «nez» pour emporter vos bagages et toute l'armada électronique qui veille à la tenue de route. Le RS-S se distingue du RS uniquement par son style : jantes avant stylisées à 6 branches, siège «édition spéciale» avec coutures de la couleur du véhicule, sac de voyage trolley Spyder, décalques RS-S exclusifs et bien entendu cette couleur exclusive blanc perle qui lui est réservée.

Bilan

Ce Spyder RS-S est une belle machine pour se promener avec quelques sensations assez proches de la moto sans en avoir les principaux inconvénients, c'est-à-dire les risques de chute et le passage du permis de conduire puisque ce 3 roues est accessible avec votre permis B. La marche arrière évitera même de se retrouver coincé contre un trottoir avec cette machine de plus de 300kg ! Si la boîte séquentielle avec le sélecteur au pied vous rebute, une boîte séquentielle électronique (SE5) existe qui vous dispensera de passer les rapports. Ce Can-Am permet de se promener avec son lot de sensations sur un engin qui fera tourner toutes les têtes même s'il est présent depuis maintenant quelques années sur nos routes. C'est seul au guidon sur une route sèche qu'on en profitera le plus. Le mauvais revêtement (terre, gravier, pluie, neige, etc.) n'est pas spécialement à craindre mais l'intervention incessante de l'électronique bride pas mal le plaisir au guidon. De même à deux, le système de limitation de roulis ne peut plus grand-chose pour gérer la situation et nous scotche littéralement dans chaque virage un peu prononcé sans parler de l'inconfort pour l'équipage... En dehors de ces deux points, le coffre de 44L à l'avant permet de rouler sans sac-à-dos et la vivacité du moteur devrait donner le sourire à celui qui aime une conduite un peu engagée. A l'image des freins qu'il ne faut pas hésiter à brutaliser pour freiner fort, l'accélérateur doit être tourné avec conviction pour une conduite sportive. Si le confort et les aspects pratiques priment sur la conduite, il faudra vous tourner vers le RT qui est d'ailleurs presque aussi dynamique. Le reste du temps, il suffit de se laisser porter par ce Spyder en profitant de la vue imprenable sur les paysages traversés avec les odeurs et le souffle du vent en prime ! Le RS-S SM5 est facturé 18299€ soit 500€ de plus que le RS SM5 standard, la différence entre les deux étant uniquement esthétique. Quelle que soit la version choisie, la boîte automatique (SE5, séquentielle électronique 5 rapports) est facturée 1500€.

Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Photo Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

On aime bien

  • Esthétique dynamique
  • Sécurité active efficace
  • Boîte SM5 rapide
  • Freinage couplé avec ABS

On aime moins

  • Différence avec le RS réduite
  • Procédure de marche arrière
  • Electronique trop présent
  • Roulage à deux difficile
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute
Ecouter

Commentez avec Facebook

Fiche technique Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Tarif (décembre 2010)18 299 €
Garantie2 ans
Puissance106ch à 8500tr/min
Couple104,3Nm à 6250tr/min
Frein avantDisques 260x6mm étriers 4 pistons
Frein arrièreDisque 260x6mm étrier simple piston
Hauteur de selle737mm
Poids (constructeur)317kg à sec
Réservoir/Conso25L / 9,5L aux 100km
Volume du coffre44L

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010

Fond d'écran

fond d'écran Can-Am Spyder RSS SM5 modèle 2010
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600