Essai Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

Réalisé par Stéphane Gautier

Difficile de cataloguer ce Mazda CX7 MZR-CD 2.2 Turbodiesel tant il emprunte à des genres différents. A n'en pas douter c'est un crossover, mais tendance sportive, avec une carrosserie élancée qui le rapproche des monospaces survitaminés. Sauf qu'il repose sur de grosses roues bien larges (235/55 R 19) tout juste soulignées d'ailes ventrues. Mais l'ensemble est heureux, bien dessiné, et impressionne moins qu'il ne séduit. Dans le genre SUV sportif il fait tout de même plus discret qu'un BMW X6... Depuis le restylage de 2009, le Mazda CX7 arbore une nouvelle calandre joliment modernisée. La bouche gourmande de sa calandre inférieure est même désormais soulignée de chrome. Comme d'ailleurs les ouvertures latérales de refroidissement qui accueillent les antibrouillards. Le bouclier arrière est également repris et l'on remarque un becquet de toit plus présent. Mais ce restylage a aussi concerné l'habitacle. De nouveaux revêtements et garnissages apportent une meilleure qualité perçue. A ce titre, l'option cuir est particulièrement agréable à contempler et bien sûr à vivre. Le petit volant bardé de commandes ne déparerait pas dans un coupé sport. On se sent d'ailleurs assez proche de ce genre de petit véhicule car la ceinture de caisse est assez haute tandis que l'on a l'impression d'être assis à l'inverse assez bas. De telle sorte que l'on ne voit rien du capot avant. Un réel souci en manoeuvre de stationnement. Quoiqu'il en soit la première impression est bonne.

Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

L'installation se fait sans difficulté avec des réglages volant/sièges parfaits. Face à soi les trois compteurs cerclés alu sont éclairés en rouge (compte-tour, tachymètre et jauges de température et carburant). Ils sont étonnement éclairés sur leur pourtour d'un bleu lumineux. Original. La large console centrale finition noir laqué (ou métallisée en option) accueille à son sommet trois gros aérateurs. En dessous on retrouve les commandes de la radio CD/MP3 Bluetooth et de la climatisation. Au sommet du tableau de bord courre un bandeau ou se glisse un affichage multi information (MID) avec à gauche l'écran LCD haute résolution pour l'ordinateur de bord/écran GPS/caméra de recul et à droite l'afficheur de climatisation et de radio.

Sonore à froid le nouveau bloc diesel se fait plus discret une fois atteinte sa température de fonctionnement. D'une cylindrée de 2184 cm3, ce quatre cylindres 2.2 MZR-CD se gave grâce à un système d'injection à rampe commune et un turbo à géométrie variable. Avec 173 ch il ne fait pas parti des moins bien doté de sa catégorie. Généreux en couple avec pas moins de 400 Nm dès 2 000 tr/min, ce moteur qui commence à réellement s'exprimer dès les 1600 tr/min permet d'abattre le 0 à 100 km/h en seulement 11,3 secondes et d'atteindre la vitesse maximale de 200 km/h. La Mazda CX7 MZR-CD 2.2 Turbodiesel n'a rien d'une sylphide avec une masse à vide de 1800 kg, mais ce bloc diesel l'anime avec vigueur et la conduite devient plaisante. On s'autorise quelques dépassement sans obligatoirement mouiller sa chemise et les relances sont vraiment efficaces à condition de jouer du joystick, pardon du levier de vitesse, qui se montre heureusement fort civil avec de courts débattements et des verrouillages fermes et précis sur chacun de ses six rapports. On peut alors se concentrer sur sa conduite pour aussitôt remarquer le bel équilibre du Mazda CX7 à transmission intégrale et répartition électronique du couple.

Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

Outre un restylage, le Mazda CX7 nouvelle manière a également adopté de nouveaux renforts de caisse pour une résistance à la torsion augmentée. Ce crossover gagne ainsi une meilleure tenue de route et un équilibre difficile à prendre en défaut. C'est en fait un gros kart que vous pilotez, pardon là encore, conduisez. Ce CX7 est tout d'un bloc. Les suspensions sont malheureusement très fermes. Pas sèches mais fermes et plutôt bien amorties. L'agilité du Mazda CX7 MZR-CD 2.2 Turbodiesel est étonnante sur les petites routes vu son gabarit. Les appuis sont francs et les changements de cap se font sans roulis malgré une garde au sol de 200 mm. Une bonne occasion de remarquer que l'assise des sièges est fort plate et que les dossiers ne maintiennent pas assez le corps. Autre point gênant lorsque le rythme s'accélère, les montants de pare brise cachent bougrement la vue dans les virages. Certes Mazda y a incrusté de minuscules petites fenêtres mais elles ne résolvent pas complètement le problème. On peut également relever quelques bruits aérodynamiques dès que la vitesse augmente ainsi que des bruits de roulement vite présents mais rien de trop gênant toutefois. Avec de généreux freins à disque ventilés à l'avant (320 mm) et à l'arrière (325) le CX7 ne peut que freiner correctement. Il possède également un arsenal de garde fou comme l'ABS bien sûr ou l'EBA, l'aide au freinage d'urgence, ou encore le DSC (contrôle dynamique de stabilité), ainsi qu'un antipatinage (TCS).

Bilan

Ce Mazda CX7 MZR-CD 2.2 Turbodiesel a plus d'un atout dans son sac pour séduire les acheteurs de Tiguan et autres Q5 à commencer par un équipement pléthorique. Outre les éléments de confort que nous avons détaillé plus haut ce crossover possède également des équipements de sécurité comme un système d'alerte des véhicules en approche ou se trouvant dans l'angle mort (RVM), l'allumage des feux de détresse (ESS) en cas de freinage d'urgence, une caméra de recul lorsqu'on actionne la marche arrière ou encore un système de surveillance de la pression des pneus. Le Mazda CX7 MZR-CD 2.2 Turbodiesel propose aussi l'allumage automatique des projecteurs ainsi qu'un essuie glaces à détecteur de pluie. Il s'équipe aussi d'un ensemble audio Premium Bose avec son surround et neuf haut-parleurs, d'un démarrage sans clé de contact, de phares au xénon, d'un régulateur de vitesse, d'un toit ouvrant électrique, etc. Bref beaucoup de confort et d'agrément surtout rapporté au tarif de 36 950 euros qui le «place» plutôt pas mal face à la concurrence sur ce segment des Crossover compacts (Audi Q5 TDI 170 ch, Volvo XC60 2.4D, etc.).

Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Photo Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

essai Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Essai Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

On aime bien

  • L'esthétique originale
  • Le comportement routier
  • L'équipement très complet

On aime moins

  • La sècheresse des suspensions
  • L'absence de boîte automatique
  • L'habitabilité limitée
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute

Commentez avec Facebook

Fiche technique Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

Tarif (mai 2010)36 950 euros
Garantie3 ans
Puissance173 ch à 3500tr/min
Couple400 Nm à 2000tr/min
Frein avantDisques ventilés 320 mm
Frein arrièreDisques 325 mm
Emissions CO2199 gr/km
Poids (constructeur)1800 kg à vide
Diamètre de braquage12,2 mètres
0 à 100km/h11,3 secondes

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010

Fond d'écran

fond d'écran Mazda CX7 2.2 MZR-CD 173 modèle 2010
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600