Essai Mercedes SL 500 modèle 2012

Réalisé par Jean-Michel Lainé

Après le renouveau du SLK dénommé «baby SLS» en raison d'un intérieur qui n'est pas sans rappeler le fleuron des roadsters chez Mercedes, on attendait le nouveau SL avec impatience après le restylage de 2008. C'est chose faite avec de très importantes modifications aux niveaux d'une ligne nettement modernisée, d'un intérieur toujours plus élégant et richement doté, mais aussi et surtout d'une dynamique de conduite revue en profondeur pour augmenter le plaisir au volant de ce roadster au capot tout aussi interminable que sa renommée. Sous ce capot justement, on retrouve les derniers 6 cylindres pour le SL 350 et 8 cylindres pour le SL 500, qu'on connait notamment sur les Classe S et CL. Nous avons pris la route à bord du Mercedes SL 500 Edition 1, cette série limitée spécialement produite pour le lancement de chaque modèle qui se distingue par un coloris mat et un équipement pléthorique, une véritable vitrine en action. Toutefois, les accessoires sont tous proposés au catalogue d'options et le V8 est rigoureusement identique aux modèles de la gamme. Pour proposer un comportement routier totalement différent de la précédente génération, Mercedes est techniquement reparti d'une page blanche. Pour la première fois sur une production de la firme à l'étoile, le châssis est intégralement en aluminium pour un gain de poids de 125 kg face à l'ancien SL 500 (140 kg pour le SL 350). Le nouveau V8 de 4,6 litres développe dorénavant 435 chevaux et un couple de 700 Nm pour un zéro à 100 km/h en 4,6 secondes, des valeurs plus élevées que l'ancien SL 63 AMG !

Photo Mercedes SL 500 modèle 2012
Photo Mercedes SL 500 modèle 2012

La ligne du nouveau SL est revisitée pour lui apporter un dynamisme et un style proche des modèles de la gamme actuelle tout en conservant les bases de ce célèbre modèle que sont une conduite basse, un long capot et un espace à bord important pour un roadster. A l'avant la calandre est plus verticale comme sur le SLK. Les feux diurnes font leur apparition et le binôme feux de positions / clignotants s'inspirent d'une torche avec une forme évasée vers le haut. Les prises d'air sur le capot et sur les flans sont redessinées pour accompagner le comportement plus sportif annoncé. A l'arrière, feu de recul et antibrouillard sont intégrés en bas du bouclier pour alléger le dessin des feux, alors que l'antenne disparaît. Le toit de ce roadster s'escamote en 20 secondes depuis une commande juste derrière le sélecteur. Deux autres boutons permettent de baisser les 4 vitres d'un coup (il y a 2 custodes) et de manoeuvrer le pare-vent. Vitres et pare-vent relevés, l'habitacle est parfaitement isolé et devrait autoriser de rouler avec le toit ouvert lors d'une soirée fraiche et étoilée, ou les jours où il fait un peu moins chaud ... Comme sur le SLK, avec les sièges chauffants et le chauffage de nuque, profiter de son cabriolet même avec 10°C est tout à fait agréable. Toit fermé, le confort est comparable à celui d'un coupé raffiné. L'option Magic Sky (2200€) permet de changer l'opacité du toit d'une simple pression sur un bouton pour se protéger du soleil ou parfaitement voir les étoiles, tout en profitant de la climatisation. L'accueil des passagers est d'un haut niveau et conviendra parfaitement aux grands gabarits qui se trouvent un peu à l'étroit dans le SLK. Pilote et passager sont confortablement installés dans une sellerie cuir avec surpiqûre et passe-poil contrasté, au compromis parfait entre sport et confort. Les sièges actifs (2000€ avec fonction massage) qui compensent la force centrifuge en courbe en gonflant les joues des sièges selon la vitesse et l'angle de braquage, c'est particulièrement efficace pour le passager qui ne subit plus la route même en conduite sportive. Pour le style, on a maintenant des guides de ceintures recouverts de cuir, un nouveau volant avec un méplat sur la partie inférieure pour faciliter l'accueil des grandes jambes et bien entendu, les buses d'aération identiques à celles de la SLS et reprises depuis sur le SLK.

Si la statique est remarquable, la dynamique n'est pas en reste et certainement la plus intéressante pour l'amateur de conduite. Le nouveau châssis en aluminium et le nouveau bloc V8 permettent un allègement de 125 kg pour ce SL 500 et la rigidité de torsion est augmentée de 20%. Le nouveau moteur de 4,6 litres consomme 22% de moins pour 700 Nm de couple et une puissance portée à 435 chevaux. Il est associé à une fonction de Start/Stop discrète en ville et la nouvelle boîte automatique à double embrayage 7G-Tronic Plus. Ses passages de rapports sont plus rapides que sur l'ancienne génération et surtout bien moins perceptibles. Le V8 se montre discret en ville et sur les grands axes, il faut changer d'horizon et enclencher le mode «S» (Sport) ou «M» (Manuel) pour en tirer toute la quintessence. On profite et abuse de la santé remarquable du V8, de sa sonorité envoutante dans les paysages montagneux , des légers borborygmes lorsqu'on descend un rapport pour s'extraire d'un virage serré avec vigueur. La réponse aux palettes au volant est instantanée à la condition de choisir le mode manuel plus réactif. C'est dans ces moments là qu'on apprécie l'allègement du châssis et le guidage de ce nouveau SL. La direction est précise, le train avant est bien plus facile et communicatif que sur l'ancien plus pataud dans les enchaînements et l'important couple du moteur pousse sans faillir tant que la charge est maintenue. Lorsqu'on soulage l'accélérateur en courbe, la voiture accentue légèrement son survirage qu'on peut idéalement doser en jouant simplement avec l'accélérateur. En conduite sportive, seul le freinage mériterait un mordant plus franc sur l'attaque, mais la puissance est là. Quel que soit le rythme, qui peut être réellement élevé, le SL reste toujours confortable même pour le passager qui profite lui aussi d'une conduite sportive plutôt que de la subir, parfaitement calé dans les sièges qui compensent dynamiquement la force centrifuge. A l'inverse d'un SLK qui peut se montrer sec surtout avec le pack AMG, le SL conserve un bon compromis entre le confort et la précision des suspensions. Bien entendu, on trouvera sans doute des roadsters plus sportifs et d'autres plus confortables, mais ce 500 propose une alchimie réussie pour celui qui aime conduire sans pour autant sacrifier le confort.

Photo Mercedes SL 500 modèle 2012
Photo Mercedes SL 500 modèle 2012

Bilan

Mercedes-Benz avait annoncé de grands changements pour son nouveau SL, on peut parler de chambardements tant les différences sont nombreuses. Bien sûr, il y a ce qui se voit comme les lignes qui s'inspirent à la fois du SLK et du SLS, l'intérieur richement doté au confort toujours remarquable même lorsqu'on est un grand gabarit, mais le plus appréciable est sans aucun doute la vivacité de conduite que propose ce SL, même équipé de ce V8 qui annonce maintenant 435 chevaux. L'allègement de 125 kg par rapport à l'ancienne génération de SL500 et la vigueur accrue du V8 apporte une certaine sportivité dans un très haut niveau de confort. Se faire plaisir sans subir semble être le mot d'ordre de ce nouveau roadster. On apprécie tout particulièrement le guidage et le placement précis en courbe, la réactivité de son train avant et la poussée sans faille du V8 qu'accompagne une sympathique sonorité que les amateurs de gros V8 connaissent bien même s'il faut reconnaître qu'elle est un peu feutrée ici. Quoi qu'il en soit, avec ce nouveau SL 500, Mercedes prouve qu'il est possible d'associer le confort au plaisir de conduite cheveux aux vents ou pas. Tout dépend des options choisies et des protections que vous déployez. En Coupé ou en Cabriolet, l'espace à bord demeure excellent, et les équipements de série ou en option nombreux. Ceux qui reprochaient à l'imposant roadster un manque de vivacité reverront sans doute leur jugement en prenant place à bord du SL devenu bien plus sportif en 2012. Le SL 500 débute à 124900 euros, celui en photos est le SL 500 Edition 1 à 150900 euros qui comprend la grande majorité des options disponibles au catalogue et un coloris gris mat qui met en exergue les chromes et les lignes de belle façon. Si vous être plus sensible à l'agrément du 6 cylindres, vous pouvez vous aussi tourner vers le SL 350 ou le «petit» SLK 350 si son gabarit le permet. Quoi qu'il en soit, rouler cheveux au vent au son du V8 est une expérience que seul ce SL 500 propose. Pour plus de sportivité, sa déclinaison 63 AMG est annoncée en juin tout comme le 65 AMG qui sera mû par le tonitruant V12 ...

Photo Mercedes SL 500 modèle 2012
Photo Mercedes SL 500 modèle 2012

Photo Mercedes SL 500 modèle 2012
Photo Mercedes SL 500 modèle 2012

Photo Mercedes SL 500 modèle 2012
Photo Mercedes SL 500 modèle 2012

essai Mercedes SL 500 modèle 2012
Essai Mercedes SL 500 modèle 2012

On aime bien

  • L'allègement conséquent
  • Le souffle du V8
  • L'espace à bord

On aime moins

  • La sonorité assez discrète
  • L'attaque des freins
  • Les sièges dynamiques en option
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute
Ecouter

Commentez avec Facebook

Fiche technique Mercedes SL 500 modèle 2012

Tarif (mars 2012)124900€ (150900€ pour cette Edition 1)
Puissance435 ch à 5250 tr/min
Couple700 Nm de 1800 à 3500 tr/min
Emissions CO2212 g/km
Poids (constructeur)1785 kg en ordre de marche
Réservoir/Conso75 L / 20 L aux 100km
Volume du coffrenc
Diamètre de braquage11,04 m
0 à 100km/h4,6s

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Mercedes SL 500 modèle 2012

Fond d'écran

fond d'écran Mercedes SL 500 modèle 2012
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600