Essai Peugeot iOn modèle 2011

Réalisé par Jean-Michel Lainé

La révolution électrique arrive sur nos routes avec la Peugeot iOn. Cette fois-ci, c'est du concret puisque cette Peugeot iOn sera livrée à ses premiers acheteurs dès le mois de décembre 2010. Peugeot passe à l'offensive verte avec l'hybridation légère sur les diesels (e-HDi) et le Full Hybrid4 qui sera commercialisé au premier semestre 2011. La Peugeot 3008 Hybrid4 sera d'ailleurs un des véhicules présentés au Mondial. Pour revenir au Full Electric, cette Peugeot iOn (également disponible en version commerciale) sera complétée d'un Partner électrique prochainement. Mais pour l'heure, il est déjà possible de commander sa iOn pour rouler au tout électrique à Noël ! En France l'avantage financier se fait à l'achat avec une prime gouvernementale de 5000€, et à l'usage avec un coût global annoncé de 1.5€/km. La France étant le pays du nucléaire, les émissions de CO2 «du puits à la roue» sont annoncées à 2g/km dans l'hexagone. Si la Peugeot iOn partage avec la Mitsubishi i-MiEV beaucoup de choses, Peugeot (tout comme la Citroën C-Zéro) a travaillé sur plusieurs petits points pour adapter cette voiture électrique à un usage européen. Il y a l'équipement qui est complet mais surtout la gestion des différents modes électriques et du freinage de cette propulsion «tout à l'arrière» 100% électrique. Silence, on roule.

Photo Peugeot iOn modèle 2011
Photo Peugeot iOn modèle 2011

La motorisation électrique de cette auto 100% urbaine délivre une puissance de 64 chevaux et surtout un couple de 180Nm de 0 à 2000tr/min. C'est-à-dire que dès qu'on presse la pédale, on a la possibilité d'utiliser le couple maximal ! Peugeot assure que la iOn passe de 30 à 60km/h en 3.5s contre 3.9s pour une 207 THP 156 sur le troisième rapport. A l'usage, il faut reconnaître qu'une fois lancée, les reprises sont convaincantes et ne gênent absolument pas la conduite dans un milieu urbain. Sur les voies rapides dégagées, les reprises sont bien moins vives mais on suit le trafic sans aucun problème. La particularité de la Peugeot par rapport à la Mitsubishi, est sa gestion des modes électriques d'une grande facilité et totalement transparente. Sur la iOn, on ne sélectionne aucun mode. Ce sont les calculateurs qui le choisissent en fonction de votre conduite. Le fonctionnement est le même qu'une boîte automatique. On tourne la clé, un témoin «Ready» s'illumine au tableau de bord pour indiquer que la iOn est prête à partir. Le pied sur le frein, on enlève le levier de la position P pour le placer sur R pour reculer ou D pour avancer, puis on relâche le frein. Comme sur une boite auto, le véhicule se met en mouvement même sans appuyer sur l'accélérateur. Attention toutefois, en position D, le contact mis mais le moteur «coupé» (sans Ready au tableau de bord), on est en roue libre comme si on était en N contrairement à un moteur thermique avec une véritable boîte. Il ne reste donc qu'à accélérer ou freiner, comme il n'y a pas de véritable boîte de vitesses, il n'y a aucun à-coup. Lorsqu'on enfonce totalement et rapidement la pédale, la voiture accélère au maximum de ses capacités comme sur un mode «Sport». Lorsqu'on agit plus légèrement, on reste en mode «Eco» et lorsqu'on relâche, la voiture recharge ses batteries. Il n'y a donc pas de mode à choisir, la iOn s'occupe de tout. Le plus surprenant est l'absence totale de bruit moteur, on n'entend uniquement le vent et essentiellement les bruits de roulement sur la chaussée. Il suffit de mettre un peu de musique pour ne plus y prêter attention, mais sans, c'est surprenant. A la place d'un compte-tours inutile, la iOn affiche un indicateur de conduite : l'aiguille dans le bleu on charge, dans le vert on roule de façon économique et au-delà de façon dynamique. Il faut noter qu'on peut rouler à 90km/h (voir photo) en mode économique et suivre le trafic urbain sans aucun souci. Au-delà c'est lorsqu'on accélère pour entrer sur une voie rapide par exemple.

En dehors de cette gestion de la motorisation électrique, l'autre caractéristique de la Peugeot iOn est son freinage. Très doux au départ, il assure un certain confort de conduite en ville. Ensuite, les freins mécaniques sont combinés au couple du moteur électrique pour un freinage puissant si on appuie plus franchement. C'est très efficace malgré les petits pneumatiques qui donnent une impression de légèreté à première vue (15 pouces, 145 à l'avant et 175 à l'arrière). Dynamiquement, la Peugeot iOn est de toute évidence plus à son aise en ville que sur le réseau secondaire ou quelques virages aux revêtements hasardeux ne lui conviennent pas vraiment. En ville ou en périphérie, ses suspensions souples la rendent par contre très agréable. On apprécie aussi son rayon de braquage incroyablement petit.

Photo Peugeot iOn modèle 2011
Photo Peugeot iOn modèle 2011

L'autonomie annoncée par Peugeot est de 150km. 3 choses sont déterminantes dans ce calcul : le chauffage, la climatisation mais surtout, votre conduite. Phares, radio et navigation sont négligeables. Dans les pires conditions, c'est-à-dire dans des embouteillages avec la climatisation ou sur voie rapide à 115km/h avec le chauffage, Peugeot annonce 75km qu'on peut donc considérer comme garantis. Sur notre essai de 46km sur des routes très variées, seul à bord, sans chauffage ni climatisation, avec quelques tests d'accélérations et une alternance de conduite dynamique et économique, l'autonomie restante indiquée au tableau de bord était de 50km. Donc en conduisant normalement, sachant que la voiture reste en mode éco dans ce cas et qu'on suit très facilement le flux des autres automobiles, on devrait aisément passer les 100 voire 120km. La «réserve» est activée lorsqu'il ne reste que 2 barrettes sur la jauge. Dans ce cas, la clim (ou le chauffage) se coupe et la puissance est limitée. Pour la recharger, il suffit de la brancher. Chez soi les batteries sont chargées à 100% en 6 heures et sur une borne on obtient 20% de charge en 5 minutes, 50% en 15 minutes ou 80% en 30 minutes.

Bilan

Certainement un peu plus agréable à vivre et surtout plus européenne que la Mitsubishi i-MiEV essayée il y a presque 1 an (cela fait beaucoup pour des technologies aussi nouvelles), la Peugeot iOn offre une gamme très simple avec seulement deux niveaux de finition très proches qui ne diffèrent que par quelques touches esthétiques. De série, elle est équipée de l'ABS, l'ESP, le REF et l'AFU ainsi que d'airbags (frontaux, rideaux et latéraux). 3 options sont proposées : siège conducteur chauffant + rétroviseurs dégivrants, la navigation connectée (voir photos) et le kit Véhicule Commercial. La Peugeot iOn introduit une nouvelle perception de la conduite sans pour autant perdre ses habitudes. Avec un peu de musique pour couvrir le bruit des pneus sur la chaussée, on oublie rapidement qu'on est à bord d'une voiture électrique qui ne fait aucun autre bruit ou presque. Il faudra juste faire plus attention aux piétons qui ne vous entendent pas arriver à bord de cette citadine. Qui dit nouvelle perception de conduite, dit nouveau mode de consommation. La Peugeot iOn est uniquement disponible pour 499€/mois pendant 5 ans (soit 29940€), un tarif qui comprend le véhicule, les batteries et l'ensemble de services dédiés à la iOn : Peugeot Connect SOS, assistance spécifique «électrique», localisation des bornes de recharge et l'accès au service Mu. Ces services ne seront disponibles qu'en avril 2011 mais ce sera rétroactif si vous faites l'acquisition d'une iOn avant. A noter enfin, que pour les flottes, elle est équipée d'acquisition de données spécifiques. La Peugeot iOn permet donc aux convaincus du Full Electric de rouler dès décembre dans une voiture proche de ce qu'on connaît aujourd'hui en terme d'équipement mais un peu moins en terme de confort. Elle est par contre bien moins émettrice de CO2 lorsqu'on roule en France et l'autonomie suffit largement pour ses trajets quotidiens, à condition de savoir où la brancher la nuit.

Photo Peugeot iOn modèle 2011
Photo Peugeot iOn modèle 2011

Photo Peugeot iOn modèle 2011
Photo Peugeot iOn modèle 2011

Photo Peugeot iOn modèle 2011
Photo Peugeot iOn modèle 2011

essai Peugeot iOn modèle 2011
Essai Peugeot iOn modèle 2011

On aime bien

  • Transparence de la motorisation
  • Prise en main facile
  • Equipement complet

On aime moins

  • Bruits de roulement très présents
  • Comportement extra urbain
  • Autonomie en condition réelle ?
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute

Commentez avec Facebook

Fiche technique Peugeot iOn modèle 2011

Tarif (septembre 2010)499€/mois pendant 5 ans avec batteries et services
Puissance64ch de 3500 à 8000tr/min
Couple180Nm de 0 à 2000tr/min
Frein avantDisques ventilés 247mm
Frein arrièreTambours 203mm
Emissions CO20g/km
Poids (constructeur)1120kg à vide
Autonomiede 75km à 150km annoncé. 100km sur l'essai
Volume du coffre168L
Diamètre de braquage9m
400 mètres D.A.20,7s
0 à 100km/h15,9s
30 à 60km/h3,5s
80 à 120km/h13s

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Peugeot iOn modèle 2011

Fond d'écran

fond d'écran Peugeot iOn modèle 2011
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600